L’histoire de la Seconde Guerre Mondiale et l’histoire de la Résistance vont pouvoir compter sur des sources récemment identifiées. En effet, même si le fait devient rare, il arrive encore parfois que les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine collectent des archives relatives à la Seconde Guerre Mondiale dans les administrations, comme cela a été le cas lors d’une opération concernant la Délégation mer et littoral, un service de la Direction départementale des territoires et de la mer située à Saint-Malo et qui a pris la suite en 2010 de la Direction départementale des Affaires maritimes, siège du quartier de Saint-Malo.

La gestion des inscrits maritimes fait partie des sujets abordés dans le fonds de ce service. Navigants à la pêche ou au commerce, les «inscrits» (sur les registres de l’administration considérée) doivent effectuer leur service militaire dans la flotte de guerre et bénéficient d’un régime de prévoyance, régulièrement renforcé aux XIXe et XXe siècles. Cette « vieille institution » du monde maritime disparaît en 1965 lors de la réforme du service national. »[1]

 

 

  Photographies d’inscrits


Les travaux de classement ont permis de découvrir des dossiers individuels d’inscrits maritimes du quartier de Saint-Malo qui avaient rejoint les Forces navales de la France Libre en Grande-Bretagne à partir du 18 juin 1940, suite à l’appel du Général de Gaulle.

Cotés 3534W24-25, ces 95 dossiers, de contenu variable, ont notamment servi, à la Libération, à recenser les services accomplis par les inscrits maritimes dans le but de faire valoir des droits (salaires, pensions). Ils comportent des documents écrits en français et en anglais.

Acte d’engagement d’un inscrit anonymisé

A travers les éléments relatifs à la carrière on peut se rendre compte du fonctionnement de l’administration de la France Libre…ainsi, l’appréciation et la notation de ces agents de l’Etat sont toujours d’actualité, même dans les circonstances de la guerre.

Feuille de notes d’un inscrit maritime avec en-tête de la France Libre

Certains dossiers contiennent des éléments qui nous permettent d’en savoir plus sur le quotidien de ces marins, éloignés de leur pays et de leurs familles. Comme ils ne peuvent pas communiquer directement, ce sont des intermédiaires qui leur permettent d’échanger des nouvelles, comme en témoigne ce courrier d’un correspondant québécois engagé à la Croix Rouge canadienne :

Lettre issue du dossier d’un inscrit maritime

Malades, blessés, certains de ces inscrits maritimes résistants sont soignés en Grande-Bretagne comme en témoigne leur dossier médical parfois joint à leur dossier individuel.

Première page de dossier médical

[1] Définition issue des travaux du projet de recherche CIMARCONET sur les inscrits maritimes du Cotentin, CIMARCONET (unicaen.fr) (page consultée le 26 janvier 2022).


Tous les documents présentés, rendus anonymes car non communicables (sauf dérogation), sont conservés aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine sous la cote suivante : 3534 W.

Lydie Porée, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine