Exposition Patrimoine de caractère(s),

visible jusqu’au 30 avril 2021 à la médiathèque François Mitterrand-Les Capucins (salle patrimoine, au 1er étage)

 

salle d'exposition

Depuis l’invention de l’écriture, les lettres ont été maniées et remaniées au fil des inventions et avancées techniques. Du travail du copiste à celui de l’artiste, l’exposition Patrimoine de Caractère(s) propose un parcours typographique au cœur de collections patrimoniales des médiathèques de Brest.

Une déambulation au cours des siècles, à la découverte des hommes et des femmes qui ont imaginé, essayé, inventé et contribué à la grande aventure de l’histoire du livre et de la typographie.

Institutionum seu Elementorum juris civilis libri IIII
Institutionum seu Elementorum juris civilis libri IIII Justinien Paris : Yolande Bonhomme, 1540 RES XVIÈ C9 – Médiathèques de Brest

Le saviezvous ?

En Europe, et plus particulièrement en France aux XVe et XVIe siècles, 119 femmes ont exercé l’activité d’imprimeur à leur propre compte. Elles sont souvent veuves et, en vertu du droit coutumier, succèdent à leur mari à la tête de l’entreprise familiale pour en assurer sa survie et l’avenir des enfants.

À ce jour, les études révèlent qu’entre 1470 et 1870, en France, près de 6400 femmes ont exercé une activité liée aux métiers du livre.
Yolande Bonhomme (1490-1557), petite-fille et fille de libraires, épouse vers 1508 l’imprimeur Thielman Kerver dont elle devient veuve en 1522. Forte personnalité et déterminée à gagner sa place dans cet univers réservé aux hommes, elle reste à la tête de l’entreprise jusqu’à sa mort en 1557.  Yolande Bonhomme a ainsi publié plus de 200 titres dans son catalogue.

 

Le saviezvous ?

À partir du XVIe siècle les livres sont de plus en plus nombreux et l’espace vient à manquer pour les ranger. Jusqu’alors conservés à plat, empilés les uns sur les autres, les livres sont conservés debout sur la tranche.

Afin de les reconnaitre plus facilement, le titrage est désormais réalisé sur le dos du livre.
La dorure permet de renseigner le titre et l’auteur de l’ouvrage et sert aussi à l’ornementation des plats et du dos du livre. La dorure est réalisée à chaud et permet ainsi de déposer tout type de matières.
La boite à outils du doreur se compose d’une multitude de fers à dorer : fleuron, lettre à tige, fer à filet, roulette ornée…
Le composteur – créé en 1780 – permet au doreur de marquer le titre de l’ouvrage en un seul passage en pressant la feuille d’or sur la zone de cuir d’un mouvement précis de balancier.

Caractères de dorure prêtés par la maison Alivon
Caractères de dorure prêtés par la maison Alivon

Depuis le XIXe siècle la Maison Alivon fabrique les outils du doreur. Polices, fleurons, roulettes, palettes et composteurs sont façonnés à l’ancienne pour laisser leur marque sur le cuir. Un savoir-faire unique et exceptionnel : ce sont, en effet, les derniers fondeurs de caractères en bronze au monde.

 

Découvrir le livret-jeu des expositions (attention, exposition TYPO(S) actuellement fermée en raison de la situation sanitaire).