L’architecte paysagiste français Gabriel Thouin (1754-1829) est considéré comme le protagoniste du « jardin paysage » en France. Il œuvra aux côtés de son père et de son frère au Jardin du Roi, futur Jardin des plantes puis à l’Archevêché de Paris.

Projet d’agrandissement du Jardin des plantes de Paris

Il synthétise dans ce livre, son unique ouvrage, le résultat de 40 années de recherches et d’expérimentations. Cette 3ème édition diffère des deux précédentes car elle a été augmentée de dessins en couleur qui permettent un meilleur rendu du dessin paysager. Les deux premières de 1819 et de 1820 comportaient des planches monochromes afin que l’ouvrage soit accessible à un prix modique.

Les 58 planches en couleur ont été dessinées pour l’essentiel à Gabriel Thouin lui-même et le travail de lithographie a été confié à Charles Motte (1784-1836). La plupart de ces belles lithographies sont constituées de plans à vol d’oiseau entourés de petites vignettes montrant les détails des bâtiments du jardin et d’autres structures (pont, kiosque, etc.).

Dans cet ouvrage, Thouin propose un système de classification des jardins par type et par conception.

Tableau des genres, sections et sortes de jardin

Ses quatre catégories sont les jardins potagers, les jardins ou vergers fruitiers, les jardins botaniques ou pharmaceutiques et les jardins d’agrément ; ces derniers sont à leur tour classés selon les caractéristiques de leur conception : les jardins symétriques, dont la conception exige un « compas et une règle » ; les jardins irréguliers, asymétriques, « chinois » ou « anglais », dont les seuls principes directeurs sont l’imagination de leurs créateurs et les moyens de leurs propriétaires ; et les jardins « paysagers », conçus à l’imitation de la nature, avec un minimum d’artifice apparent. De loin les plus nombreux dans le recueil, ces derniers comprennent des projets audacieux de modifications pour les parcs des Champs-Élysées, des
Tuileries, du Jardin des plantes et de Versailles (que Gabriel Thouin élargit jusqu’à trois fois pour en faire une véritable campagne).

3e édition présente à Agrocampus-Ouest Rennes (1828) : cote P/03.899

2e édition présente à Agrocampus-Ouest Angers (1820) : cote U 11 (BG-09485) ARCHIVE

et dans Gallica