Le quinquina est un arbuste connu, notamment, pour son écorce dont on extrait la quinine sur laquelle se sont basés les scientifiques pour synthétiser la chloroquine, à la Une des journaux depuis l’épidémie du Covid-19…

Déjà utilisée par les peuples précolombiens pour ses multiples propriétés médicinales, la quinine arrive en Espagne, sans doute vers 1620. Utilisé comme fébrifuge, il se répand sous le nom de « poudre des jésuites » dans toute l’Europe. Louis XIV est, ainsi, guéri de ses fièvres grâce à cette poudre. Bien que décrié par certains médecins, l’usage thérapeutique du quinquina va rapidement se développer pour lutter contre les états fiévreux et certains syndromes inflammatoires aigus, et pour combattre le paludisme touchant beaucoup d’Européens.
A cause de cette forte demande, le quinquina a été décimé depuis les années 1950. Il est actuellement menacé d’extinction, soumis à la déforestation et à la pression des activités agricoles empiétant les forêts andines.

Quinologie de Mutis – Planche XX

Mais, revenons à ce beau livre, grand format, composé de texte et de 33 planches réalisées à partir de 60 dessins coloriés étudiés par le botaniste Mutis et publié sous le titre de « Quinologie de Bogota ».
Cet ouvrage permet de retrouver les sept espèces du genre Cinchona avec une description méthodique, leur synonymie et les localités où se trouvent ces végétaux.
Son auteur, José Jerónimo Triana (1829-1890), botaniste colombien réalisa, à partir de 1851, de nombreuses expéditions botaniques dans différentes régions des Andes. En 1865, il travailla, à Madrid, à l’identification et à la révision des planches botaniques constituées par José Celestino Mutis (1732-1808), lors de son expédition en Nouvelle-Grenade (approximativement les territoires actuels de Colombie, du Panama, du Venezuela et de l’Equateur). Médecin et naturaliste espagnol, Mutis réalisa la première description exacte du genre Cinchona.
En 1870, Triana publia ses Nouvelles études sur les quinquinas reprenant les espèces médicinales qu’il avait présentées à l’Exposition universelle de 1867.

Nouvelles études sur les quinquinas d’après les matériaux présentés en 1867 à l’Exposition universelle de Paris et accompagnées de fac-similé des dessins de la quinologie de Mutis suivies de remarques sur la culture de quinquinas
Triana, José Jeronimo ; Mutis, José Celestino 1870
Livre disponible à l’adresse suivante :
https://www.biodiversitylibrary.org/item/209859#page/13/mode/1up
et à la Bibliothèque patrimoniale d’Agrocampus Ouest : Cote : P/03.886