L’Association des Amis de Marie Le Franc a fait don à la Médiathèque de Vannes de la correspondance de l’écrivaine Marie Le Franc, le 19 novembre dernier, en présence des membres de l’association. 41 lettres de sa correspondance privée ont rejoint la trentaine d’ouvrages et les 2 lettres déjà possédés par la médiathèque.

Don Fonds Épistolaires de Marie Le Franc à la Médiathèque du Palais des Arts de Vannes
cop. Ville de Vannes (photographe François Le Divenah)

Marie Le Franc, née à Sarzeau en 1879, était diplômée de l’École normale de Vannes. Elle a enseigné ensuite pendant quelques années dans le Morbihan. Entretenant une correspondance avec le journaliste canadien Arsène Bessette qui a promis de l’épouser, elle décide de partir le rejoindre au Canada en 1906. L’idylle tourne court à son arrivée, mais dotée d’un fort tempérament, Marie Le Franc choisit de rester au Canada. Elle y vit de son enseignement du français et de sa plume, qui lui vaut en 1927 d’être lauréate du prix Fémina pour le roman Grand Louis l’innocent, dont l’action se déroule sur la presqu’île de Rhuys.

Marie Le Franc. Photographie.
Portrait de Marie Le Franc issu de l’article de Charles Le Goffic dans « La Bretagne touristique » n°70 janvier 1928

Figure féminine indépendante et aventurière, pourtant méconnue en France, elle se trouve en bonne place au Musée des civilisations canadiennes d’Ottawa, et un lac de la région des Laurentides porte son nom. L’écrivaine laisse à sa mort en 1964 une œuvre répartie entre 8 romans, 5 recueils de poésies et un essai, ainsi que des articles, témoignages touchant de sa vie aventureuse partagée entre le Canada et la France.

Sophie Lemaur-Pautremat, Vannes, Médiathèque municipale