R.20

Commencé en 1802 et achevé en 1806, l’ouvrage émerveilla Napoléon qui en commanda plusieurs dizaines de copies pour accroître les collections des musées nationaux. Joséphine souscrivit ensuite auprès de Redouté à 14 exemplaires des Liliacées. L’inventaire après décès montra en revanche qu’elle n’en conservait pour elle-même qu’un seul. L’œuvre des Liliacées, était comme le livre intitulé Le Jardin de la Malmaison, un cadeau de choix pour ceux que Joséphine voulait honorer ou gratifier.

La présence d’un tel trésor dans le fonds patrimonial de la médiathèque de Vannes s’explique par le fait qu’au 19e siècle les collections s’étoffaient la plupart du temps grâce aux dons de l’État plutôt qu’à une réelle politique d’acquisitions. Le plus souvent à cette époque, ces dons étaient attribués à Vannes sur l’intervention du député Achille Vigier qui tint à acquérir et à offrir en 1839 et 1842 les six volumes de L’Histoire naturelle des oiseaux d’Afrique par François Levaillant et des huit volumes des Liliacées.

R.20

Le premier volume des Liliacées conservé à Vannes comporte un papier libre manuscrit indiquant « Exemplaire de la Malmaison, offert à la Bibliothèque de Vannes en 1842 par M. Achille Vigier Député du Morbihan ». Bien que cet ensemble soit relié en demi-maroquin rouge au dos orné d’étoiles et d’aigles alternés, la reliure est dépourvue du monogramme officiel de Joséphine et du cachet de sa bibliothèque personnelle. Il ne s’agit donc sans doute pas de l’exemplaire de la Malmaison. Néanmoins il est assurément l’un de ceux appartenant au tirage spécial sur grand in-folio décidé par Pierre-Joseph Redouté en 1808, la plus luxueuses des éditions et complète de surcroît. Redouté en avait prévu 40 exemplaires, il est peu probable[1] qu’il y en ait eu plus de 18.

Le Comte Vigier, député du Morbihan, épousa la fille aînée du Maréchal Davout, Joséphine Louise Antoinette Davout d’Auerstadt (1804-1821). Par conséquent, les Liliacées peuvent provenir de l’une ou l’autre branche familiale.

[1] D’après A. Lawalree dans le catalogue de l’exposition Redouté, 1963, dans L’Impératrice et les sciences naturelles, RMN, 1997.

Les documents appartenant à la Réserve précieuse sont consultables sur rendez-vous, uniquement dans la salle Bretagne & Patrimoine de la Médiathèque du Palais des arts, sur présentation d’une pièce d’identité et d’un motif de recherche.