La bibliothèque universitaire de Rennes (les universités de Rennes 1 et Rennes 2 n’existaient pas encore) fut crée en 1879 (suite à la l’instruction générale du 4 mai 1878). Elle s’enrichit au début du XXe siècle d’un fonds très important de livres anciens.

BU Rennes 2. Les Adages d'Érasme. Paris, 1572. Cote 1293
BU Rennes 2. Les Adages d’Érasme. Paris, 1572. Cote 1293

Rappelons brièvement l’histoire de ce fonds. Suite à la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905, la Bibliothèque universitaire de Rennes reçut un certain nombre d’ouvrages en provenance du séminaire de Rennes mais aussi en provenance de celui d’Angers. En effet, lors de la « Querelle des Inventaires » en 1906, la mairie d’Angers refusa leur intégration dans la bibliothèque municipale. Ces volumes furent donc envoyés à Rennes et intégrèrent les collections de la bibliothèque universitaire.  Ils se trouvent aujourd’hui répartis dans les 3 bibliothèques universitaires de Rennes 1 et dans la Bibliothèque universitaire centrale de Rennes 2 (un peu plus de 2000 volumes). On conserve à Rennes 1 le catalogue manuscrit de la bibliothèque du séminaire d’Angers : catalogue alphabétique et catalogue méthodique. Il a été numérisé récemment (ms 224 et ms 225).

Ce fonds angevin, fonds des séminaires et des couvents d’Angers et de l’Anjou, est d’un intérêt historique très important. Un travail de Master, sous la conduite d’un historien, enseignant-chercheur de Rennes 2, Malcolm Walsby, devrait commencer prochainement sur ce sujet.

Le séminaire d’Angers avait été fondé en 1659 à l’initiative de deux abbés parisiens à l’instigation de l’évêque Henri

BU Rennes 2. Reliures anciennes
BU Rennes 2. Reliures anciennes

Arnauld (1597-1692). Ce dernier était le frère du Grand Arnauld (Antoine, le chef de file du mouvement janséniste), de Robert Arnauld d’Andilly et des mères Agnès et Angélique, abbesses de Port-Royal. Il fut à la tête du diocèse d’Angers durant près de 35 ans (1659-1692) et l’on peut supposer qu’il promut la diffusion des idées jansénistes dans son diocèse. Il n’était pas favorable au rapprochement du séminaire avec celui de Saint-Sulpice à Paris, hostile au jansénisme. Pourtant en 1695, peu après la mort d’Henri Arnauld, son successeur Michel Le Peletier organisa le rattachement du séminaire d’Angers (et de sa bibliothèque) à Saint-Sulpice. Ce rattachement explique que nombre d’ouvrages portent les cachets des deux bibliothèques.

BU Rennes 2. Atlas de Mercator. [Amsterdam,1619]. Cote 937
BU Rennes 2. Atlas de Mercator. [Amsterdam,1619]. Cote 937
Durant la Révolution, le nombre de volume s’élevait à 9420 dont 1875 in-folios (voir LETOURNEAU (G.) Histoire du séminaire d’Angers… p. 297). En 1790 la déclaration des directeurs adressée aux officiers de la sénéchaussée d’Angers mentionne: « Tous lesquels livres montant ensemble au nombre de 9420 appartiennent à la société des prêtres de St Sulpice, comme lui ayant été donnés par les directeurs du séminaire d’Angers ou ayant été achetés des épargnes faites par les directeurs du même séminaire, sur les honoraires destinés à leur entretien ».

Ces ouvrages sont régulièrement sortis des réserves dans le cadre des expositions organisées avec la complicité des enseignants et des étudiants de l’Université Rennes 2.

Les photographies sont de Marc Rapilliard.

Bibliographie :

BOUGÉ-GRANDON (D.). Un fonds ancien toujours vivant, in Rareté et livres rares du XVIe au XXIe siècle. Catalogue compilé par Ann-Marie-Hansen et Malcolm Walsby. Rennes, 2018, p. 8-9.
GRANDET (J.).‎ Mémoires. Histoire du séminaire d’Angers depuis sa fondation en 1659 jusqu’à son union avec Saint-Sulpice en 1695. Angers-Paris-Lyon, 1893 suivi de LETOURNEAU (G.) Histoire du séminaire d’Angers par G. Letourneau. Angers-Paris-Lyon, 1893 (2 volumes)
HALLOT-CHARMASSON (M.). Les fonds de séminaires dans les bibliothèques municipales classées : historique et valorisation. Mémoire de DCB, ENSSIB, 2015.