Pas moins de 58 fonds relatifs aux distinctions honorifiques sont conservés aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine. Légion d’honneur, Ordre national du mérite, médaille de la famille, médaille pour acte de courage et de dévouement, palmes académiques etc : les dossiers individuels instruits par les préfectures constituent une source très intéressante pour l’histoire des personnalités locales.

Les noms de certaines de ces personnalités décorées ont traversé l’histoire et nous sont familiers. Le cas des décorés plus « anonymes » est lui particulièrement intéressant car l’étude de leur parcours, via leur dossier individuel, permet aujourd’hui de faire découvrir ou redécouvrir des personnes qui ont contribué activement à la société d’une manière perçue comme positive à l’époque de leur décoration. C’est par exemple le cas de Gabriel Englinger, fait chevalier de la Légion d’honneur par décret du 2 janvier 1964. Taper son nom dans un moteur de recherche fait aujourd’hui apparaître de maigres résultats issus de sites de vente aux enchères d’œuvres de mobilier qu’il a conçues. Pourtant, son dossier individuel nous donne à voir une carrière prestigieuse : premier de la promotion de l’École Boulle en 1915, artiste primé à plusieurs reprises, professeur titulaire d’une chaire maîtresse de décoration en volume de l’Ecole régionale des Beaux-Arts de Rennes.

EnglingerICO1

 

Proposé par le directeur de cette école, le dossier de Gabriel Englinger est activement soutenu par Henri Fréville, Maire de la ville de Rennes qui lui remet sa décoration en mars 1964, après que la personne instructrice de ce dossier ait précisé « Excellents renseignements à tous égards. A proposer « les yeux fermés » ».

Englinger Icono2

N’hésitez pas à venir consulter ce dossier, et de nombreux autres communicables, en salle de lecture, et ensuite à partager ce que vous aurez appris, sur Wikipedia par exemple. Aujourd’hui tout un chacun peut contribuer au développement des connaissances sur internet, et les archives sont pour cela de formidables sources.

 

Lydie Porée, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine