Dans le cadre de « Polar’oïd », la quinzaine du Polar organisée à la médiathèque du 14 au 29 avril, le Pôle Patrimoine a choisi de vous présenter ce mois-ci un ouvrage de François Broussais (1772-1838) édité et imprimé à Paris en 1836. 

Cours de phrénologie

Par François-Joseph-Victor Broussais (1772, Saint-Malo – 1838, Vitry), médecin chirurgien, Chez J.B Baillière, Libraire de l’Académie Royale de Médecine, Paris 1836.

Cet ouvrage de 850 pages présente les 20 leçons de phrénologie que François Broussais, médecin chirurgien né à Saint-Malo, donna à la faculté de médecine de Paris du 11 avril au 8 juillet 1836.

« La phrénologie, c’est l’Art de reconnaître les instincts, les penchants, les talents et les dispositions morales et intellectuelles des hommes et des animaux par la configuration de leur cerveau et de leur tête : ce titre d’un ouvrage de Franz Josef Gall (1757-1828) est la meilleure définition de la phrénologie, bien que son inventeur l’appelât « cranioscopie » et que le terme « phrénologie » ait été forgé par un disciple, G. Spurzheim (1776-1832), en 1810 ». (Définition de l’Encyclopédie Universalis).

En France, après l’avoir combattu, François Broussais adopte cette théorie et forme la Société phrénologique de Paris en 1831. En Italie, c’est le professeur spécialiste de médecine légale Cesare Lombroso (1835-1909) qui reprendra ces études en rédigeant des thèses sur le « criminel né » à partir de travaux sur des crânes d’assassins. Contestée, la phrénologie médicale sera rapidement abandonnée et discréditée par les savants et les journaux satiriques.

Pour découvrir la Pépite ?

Rendez-vous dans l’espace « Salon » près des Inscriptions de la Médiathèque !