« – Et si on essayait d’en retrouver quelques-uns ?

Ça fait 55 ans… ils doivent avoir dans les 65 aujourd’hui. Et rien ne dit qu’ils habitent toujours là-bas ! »

Cette discussion a eu lieu en mars 2013, dans la réserve patrimoniale des livres de jeunesse de la bibliothèque d’étude, 22 rue Traverse. Ma collègue Laëtitia Durand et moi-même ouvrions alors, un à un, les livres qui nous faisaient face sur les rayonnages. Chacun à notre tour, nous lisions à haute voix les dédicaces écrites par des mains enfantines sur les pages de garde. Sur chaque livre, son jeune possesseur, garçon ou fille, avait inscrit son nom et son adresse. Chaque adresse se terminait par : Denver, Colorado, USA.

Pour autant, aucune énigme derrière tout cela. En effet, au lendemain de la seconde guerre mondiale Brest est en ruine, ses bibliothèques sinistrées suite aux bombardements.

Avril 1947, la ville de Denver dans le Colorado, appuyée par l’American Aid to France, participe à la reconstruction de Brest. En 1948, découvrant un Brest dévasté, Ms. Amanda Knecht, enseignante américaine, décide dès son retour aux USA d’aider à la reconstruction en mobilisant ses étudiants afin qu’ils récoltent des fonds pour Brest. Cette aide financière et matérielle, ainsi que les échanges épistolaires entre les écoliers des deux villes, témoignent d’une vraie solidarité qui débouchera sur la signature d’une charte de jumelage en 1959. Courant 59, Brest reçoit un don de livres offerts aux jeunes lecteurs de sa bibliothèque par une cinquantaine d’écoliers denverites.

Voilà donc comment Laëtitia et moi avons eu envie de retrouver certains de ces jeunes donateurs afin qu’ils nous racontent la version «live» de l’histoire.

Dans un courrier adressé à la mairie centrale de Denver, nous avons exposé notre projet accompagné des noms et adresses d’une dizaine de donateurs. Quinze jours plus tard Catherine Jacobus, bibliothécaire de Denver, nous transmettait l’adresse actuelle de cinq donateurs auxquels nous nous sommes empressés d’écrire. Voici un extrait du courrier que nous leur avons adressé.

«  (…) En 2015, la ville de Brest va ouvrir une grande médiathèque. Pour fêter ce grand événement nous aimerions retracer l’histoire des bibliothèques de notre ville depuis la seconde guerre mondiale. Ce fut une aventure dont vous êtes l’un des acteurs. Accepteriez vous de nous confier quelques souvenirs à ce sujet, par exemple : les circonstances qui vous ont amené à faire don d’un de vos livres? Pourquoi celui-là en particulier ?(…) »

Des trois réponses que nous avons reçues, la première émanait d’un homonyme totalement étranger à l’affaire… lettre classée sans suite.

La deuxième réponse, postée de Sacramento, contenait cet extrait :

Titre du livre donné par Georgia Baum : Freddy plays football (côte de rangement RES J C34) © Réseau des médiathèques de Brest
Titre du livre donné par Georgia Baum : Freddy plays football (côte de rangement RES J C34) © Réseau des médiathèques de Brest

« C’était à l’origine un cadeau de Noël de ma grand-mère (…) à mon oncle William Sutton BAUM en 1949. (Je suis un peu gênée de l’avoir dégradé par mon gribouillis d’enfant, mais sans cela vous ne m’auriez pas retrouvée – et quelle surprise que vous y soyez parvenu) !) Je me souviens de ma grand-mère qui nous transmettait, à mes frères et moi, les jouets et les livres de mon oncle.

La première chose qui m’est revenue à l’esprit concernant la façon dont ce livre est arrivé chez vous c’est le fait que mes parents, Harry et Emmy BAUM, étaient de fervents supporters de l’Alliance Française à Denver dans les années 50 et 60. Mais je me suis aussi souvenu que Denver et Brest sont devenues « villes jumelles » en 1948 afin d’encourager des liens culturels et sociaux. Lorsque j’étais à l’école primaire dans les années 50 et 60, mon école s’est pleinement investie dans des échanges culturels avec des habitants de Brest pour remonter le moral des gens après les destructions de la seconde guerre mondiale. (La première étudiante française que nous avons accueillie dans la cadre de cet échange s’appelait Gaëlle Courant et nous avons eu une merveilleuse prof de français qui venait de Normandie/ Madame Collette GUIBERTO.) Je me souviens que nous avons expédié aux enfants de Brest des collections de livres de notre bibliothèque familiale, par le biais de l’école.»

Freddy plays football (côte RES J C54) Ex-libris manuscrit au contreplat supérieur : "Georgia Baum 5th Grade 500 Fairfax Denver, Colo." © Réseau des médiathèques de Brest
Freddy plays football (côte RES J C54) Ex-libris manuscrit au contreplat supérieur : « Georgia Baum 5th Grade 500 Fairfax Denver, Colo. » © Réseau des médiathèques de Brest

La troisième réponse, quant à elle, nous a permis de faire la connaissance de Marne Davis Kellogg, résidant toujours à Denvers, qui par la suite a fait un discours au vernissage de l’exposition brestoise à la bibliothèque de Denver le 21 février 2014.

“Loop the loop !”*, comme disent les américains.

* La boucle est bouclée

 

Manoussos MALICOUTIS, Brest, Bibliothèque municipale