Cahiers dourdonIntégrée à la collection de périodiques de la Bibliothèque de Cornouaille en 2016, cette revue y est consultable sur place dans son intégralité. D’abord bi-annuelle, la parution est devenue annuelle, au profit de dossiers très complets et fortement étayés par un travail de « véritables petites fourmis d’archives », pour citer la directrice de publication Andrée Le Gall-Sanquer.

Pour beaucoup les auteurs sont bénévoles, passionnés et donc pointilleux, mais Les Cahiers de Dourdon bénéficient d’une valeur ajoutée non-négligeable : la participation d’historiens comme Jean-Pierre Thomin ou Yann Lagadec. C’est un vrai plus pour la valorisation des parutions et la crédibilité bien souvent ignorée d’écrits dits « amateurs ».

Qui connait un tant soit peu l’histoire de la région de Landerneau ne sera pas surpris de trouver le lin comme sujet majeur et récurrent des articles des Cahiers de Dourdon. Les communes du Pays de Landerneau sont elles aussi à l’honneur, et notamment leur patrimoine : moulins, ponts, chapelles sont régulièrement analysés, photographiés, valorisés. Les grands événements de l’histoire sont passés au crible du point de vue local, ainsi le centenaire de la Grande guerre a donné naissance au n°9-10.

L’originalité des Cahiers de Dourdon tient dans le choix de sujets atypiques, assez peu traités par leurs homologues historiens locaux, qui apportent un regard singulier sur une période sans sacrifier la précision des écrits. Ainsi, on trouve un numéro sur « La mode à Landerneau du XVIIIème au XXème siècle » et un autre sur « Les jardins potagers militaires pendant la guerre 1914-1918 ».

L’association éditrice des Cahiers de Dourdon propose un site Internet plutôt complet, qui recense notamment les sommaires des numéros de la revue, et permet leur consultation en ligne.

Fanny, bibliotécaire aux Ursulines.