Insolite parmi les insolites présents dans les collections anciennes de la Médiathèque du Palais des arts de Vannes, ce manuscrit arabe intrigue…

Conservé sous la cote Ms. 17, et délicatement protégé par son portefeuille en peau dont les poils sont encore apparents sur un rabat, aucune indication de date ou de provenance ne l’accompagne.

 

Le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France (tome XLIII. Supplément tome IV de 1904) le décrit ainsi :

« Collection de pièces détachées, formules magiques, etc. de mains soudanaises et maghrébines diverses. Recueilli au Soudan à l’époque de la guerre du Madhi [sic], rapporté à Brest par un officier d’infanterie de la marine et donné à la Bibliothèque de Vannes par le Marquis de l’Estourbeillon à la fin de l’année 1892. 203 feuilles détachées, de 14 à 22 lignes à la page, 170 sur 150 millim. »

Un chercheur spécialiste des manuscrits arabo-africains a précisé récemment que le texte contient effectivement quelques pages d’ésotérisme (magie), deux poèmes, mais aussi une copie du Nouveau Testament et des Dix commandements librement réinterprétés par un copiste musulman, Sulaiman ibn Ya’qub al-Salihani, dit Salomon Negri. Cette version a fait l’objet d’une publication en 1727 à Londres auprès de la Society for Promoting Christian Knowledge.

Sophie Lemaur-Pautremat, Vannes, Médiathèque municipale

Publicités