Pour assurer une conservation pérenne et permettre une large communication de ce fonds, les différents dessins, aquarelles, albums et toiles ont été confiés à l’atelier de restauration dès leur entrée aux Archives départementales. Ce fonds exceptionnel méritait un traitement de restauration particulier avant d’engager les travaux de classement et de numérisation.

Fonds Laloy : les documents à leur arrivée à Rennes. Archives départementales 35.
Fonds Laloy : les documents à leur arrivée à Rennes. Archives départementales 35.

La rédaction d’un constat d’état a permis d’analyser les différents types de dégradations et de réfléchir au protocole de restauration. Poussière, acidité, taches diverses, pliures, déchirures, lacunes ou anciens encadrements sur des matériaux acides ont été les dégradations les plus fréquemment rencontrées.

Les documents le nécessitant ont ensuite été désencadrés. Puis chaque dessin a été soigneusement dépoussiéré avec une brosse douce et une gomme éponge. Les documents contrecollés sur des cartes acides et déchirées ont été dédoublés en les relaxant peu à peu dans un tissu en Gore-Tex. L’humidité apportée par cette membrane microporeuse a permis de réactiver la colle de pâte et de libérer les dessins de leur ancien doublage acide. Ils ont ensuite séché à plat entre des buvards et des non-tissés. Tous les documents ont enfin été réparés avec des matériaux adaptés – papier Japon de différents grammages et colle de méthylcellulose- ou doublés avec du papier Japon crème 17 gr/m2.
Les sept albums de photographies, dont certaines étaient très fragilisées, ont nécessité une intervention externalisée confiée une restauratrice spécialisée. L’ensemble a ensuite été conditionné dans des chemises individuelles, avec des matériaux de qualité conservation afin de préserver ce fonds dans les meilleures conditions.

Fonds Laloy : document en cours de restauration : le décollage du calque à l’humide.
Fonds Laloy : document en cours de restauration : le décollage du calque à l’humide. Archives départementales 35.

Cet ensemble iconographique est dorénavant largement accessible, et – preuve de sa notoriété naissante – a , dès ce printemps, déjà été utilisé par le Musée des Beaux-Arts de Rennes dans le cadre de son exposition sur les tentures du Parlement!

 

Laure Delaveau, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine

Publicités