En 2012, l’arrière-petite-fille de l’architecte rennais Jean-Marie Laloy, propose aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine d’acquérir un ensemble complet et inédit sur le travail de son aïeul au palais de justice de Rennes.
Ce fonds iconographique (coté 49 Fi), de plus de 360 pièces, s’ouvre sur un lot de plans, coupes et élévations livrant un état des lieux précis de l’architecture du bâtiment au moment de la prise de fonction de Jean-Marie Laloy au début des années 1880. Un bel atlas de 52 planches livre également des détails sur les différents étages et salles du palais.

49 Fi 47
(49 Fi 47) Première chambre civile. – Projet de tapisserie pour les Gobelins. 1896.

Viennent ensuite de riches ensembles de documents préparatoires réalisés par l’architecte dans le cadre de son travail sur les décors de la Chambre du Conseil, de la seconde chambre civile et de la Grand’Chambre. Ils témoignent du souci du détail qui l’animait : pour un même ornement, il multipliait les esquisses, croquis, dessins aquarellés… Les deux maquettes de cartons de tapisserie réalisées par Edouard Toudouze dans le cadre de la commande faite à la manufacture des Gobelins pour les décors de la Grand’chambre et qui ont été données à l’architecte par la veuve de Toudouze complètent ce bel ensemble.
Enfin, les nombreuses photographies conservées illustrent à la fois les projets exécutés, mais aussi la méthode de travail de Laloy qui utilisait la photographie d’architecture comme source d’inspiration.

49 Fi 57
(49 Fi 57) Première chambre civile. – Tapisserie allégorique, projet d’alentour.

Ce corpus documentaire enrichit grandement les collections des Archives départementales qui ne disposaient jusqu’alors que de rares données sur l’œuvre de Laloy au palais de justice de Rennes.
L’intérêt du fonds prend plus de sens encore lorsque l’on sait que certaines pièces sont les seuls témoins de décors aujourd’hui disparus.

Pascale Morne, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine

Publicités