Aux archives de Brest vous découvrirez, sous la cote 94S, le fonds d’Henri de Rochegude, né à Albi en 1741. Les documents qu’il recèle relatent sa carrière militaire, son entrée à l’Académie de Marine, et sa correspondance avec ses collègues brestois et parisiens. Pour plus de détails sur sa vie, on consultera l’ouvrage d’une de ses descendantes (cote : Fh1/54).

Ce fonds témoigne également du danger « d’éclatement » d’un fonds privé.
Le 9 avril 2010, une vente aux enchères brestoise comportait un lot présenté comme le fonds Rochegude. Le 6 juillet une nouvelle vente fit apparaitre 2 nouveaux lots faisant partie du fonds. Les archives ont pu acquérir ces 2 lots mais pas celui du 9 avril. Une veille sur internet a permis de découvrir sa mise en vente, pièce à pièce, sur un site de vente en ligne. Les archives ont pu sauver 41 pièces, avec l’aide financière du Service Interministériel des Archives de France. Une soixantaine de pièces a été vendue entretemps, y compris à l’étranger, notamment les éléments relatifs à sa participation au second voyage de Kerguelen, et une bonne partie de ceux concernant la Guerre d’Indépendance américaine.

Recto de la lettre du marquis de Langeron, gouverneur de Brest, à son ami Rochegude à Saint-Domingue, 1er août 1785, Archives de Brest, 94S9
Recto de la lettre du marquis de Langeron, gouverneur de Brest, à son ami Rochegude à Saint-Domingue, 1er août 1785, Archives de Brest, 94S9

Parmi les documents entrés aux archives de Brest,  on notera une lettre du marquis de Langeron à son ami Rochegude ; touchante pour nous qui connaissons la fin de l’aventure : « Mrs de La Pérouze et de Langle qui vont faire le tour du monde […]

Verso de la lettre du marquis de Langeron, gouverneur de Brest, à son ami Rochegude à Saint-Domingue, 1er août 1785, Archives de Brest, 94S9_2
Verso de la lettre du marquis de Langeron, gouverneur de Brest, à son ami Rochegude à Saint-Domingue, 1er août 1785, Archives de Brest, 94S9_2

sont partis de cette rade ce matin […]. Le vent est bon. Je le leur souhaitte pareil pour doubler le Cap Horn, et qu’ils nous reviennent tous en bonne santé ».

 

Hugues, Brest, Archives municipales et métropolitaines

Publicités